Agnès Dupont Brillatz +33 (0) 677 028 889 / +33 (0)5 49 796 730

Un bourdon, des frelons et des abeilles

Extrait de « La Nouvelle République », Deux-Sèvres – Niort –

Un bourdon, des frelons et des abeilles

19/08/2013 05:35
« Vous voyez, plus on va tirer de boutons et plus l'orgue va jouer fort. Vous voulez essayer ? » a proposé Paul Ferbos, organiste passionné. - « Vous voyez, plus on va tirer de boutons et plus l'orgue va jouer fort. Vous voulez essayer ? » a proposé Paul Ferbos, organiste passionné.« Vous voyez, plus on va tirer de boutons et plus l'orgue va jouer fort. Vous voulez essayer ? » a proposé Paul Ferbos, organiste passionné.

« Vous voyez, plus on va tirer de boutons et plus l’orgue va jouer fort. Vous voulez essayer ? » a proposé Paul Ferbos, organiste passionné.

Présent dans de nombreuses églises, l’orgue est hélas souvent muet en dehors des offices. Pour le visiteur, l’étrange instrument fait figure de meuble imposant et mystérieux, auquel on jette un œil plus ou moins distrait selon la taille des tuyaux et la plastique du buffet. Samedi, grâce à Paul Ferbos, professeur au conservatoire, le grand orgue de Notre-Dame, classé monument historique, a montré l’étendue de ses registres.
Complice d’Agnès Brillatz, le musicien, par ailleurs président de l’association des Amis des orgues de Niort, n’a pas sorti le grand jeu. Juste les petits, pour se mettre à la portée des oreilles du jour. Frères Jacques, avec bourdon et flûte ça réveille ! Après sa visite de l’église, Louise, rejointe par Soni, un visiteur retardataire inattendu, ont pu s’asseoir au côté de l’organiste. Les deux enfants ont pu ainsi à leur guise tirer les boutons et même improviser. Et, pour finir, ils ont eu droit aux Frelons et aux Abeilles. Les deux pièces contemporaines du compositeur allemand Andreas Willscher ont fait mouche : Louise et Soni étaient aux anges.

Poster un commentaire